Comment est fabriqué le thé ? On vous dit tout !

Comment est fabriqué le thé

Vous êtes-vous déjà demandé comment est fabriqué le thé, ou simplement comment faire du thé à partir de feuilles de thé ? Peut-on simplement cueillir des feuilles de thé sur une plante, les jeter dans de l’eau chaude et s’arrêter là ?

Comme vous l’avez peut-être deviné, le processus de production est un peu plus complexe que cela ! Pour préparer votre tasse de thé confortable et réconfortante, les feuilles de thé doivent passer par quelques étapes essentielles, que nous allons partager dans ce guide rapide mais complet. Et tout commence avec le Camellia Sinensis, l’incroyable plante d’où proviennent tous les thés traditionnels.

De quelle plante provient le thé ?

Étant donné le nombre de variétés de thé différentes qui existent, la plupart des buveurs de thé sont surpris d’apprendre que tous les « vrais thés » proviennent de la même plante, le Camellia Sinensis !

Les profils de saveur uniques des vrais thés (noir, vert, blanc, etc.) proviennent de l’endroit où les théiers sont cultivés et de la façon dont les feuilles sont récoltées et traitées. Ces spécificités modifient la saveur, la couleur et la force des feuilles de thé, ce qui donne lieu à un marché du thé vaste et diversifié.

Le théier Camellia Sinensis étant cultivé dans le monde entier, des variétés de thé régionales à l’aspect et au profil gustatif distincts sont désormais célèbres, comme par exemple :

  • Chine : Jasmin, Oolong, Dragon Well et thé Pu-erh.
  • Le Japon : Le thé Matcha, Sencha, Genmaicha et Gyokuro.
  • Sri Lanka et Inde : Darjeeling, Assam, Ceylan et thé Chai.

Cependant, même si les différents varriétées de thé (vert, noir et oolong) proviennent tous de la même plante, les « tisanes » (souvent associés à la catégorie des « thés ») proviennent d’autres plantes et fleurs. La camomille, par exemple, est un type de thé fabriqué à partir de fleurs de camomille au lieu des traditionnelles feuilles de thé du Camellia Sinensis.

Le monde des tisanes est vaste, c’est pourquoi nous nous contenterons dans cet article d’apprendre comment sont fabriqués les thés traditionnels.

Les différentes étapes de fabrication du thé

Vous vous êtes toujours demandés comment est fabriqué le thé cette partie de l’article va vous apporter les principales réponses. Comme nous essayons d’être le plus précis possible, nous allons détailler et décortiquer le processus de fabrication du thé étape par étape .

Étape 1 : Récolte et traitement des feuilles de thé

Toutes les feuilles ne peuvent pas être utilisées pour fabriquer du thé. Seule la partie supérieure du théier est utilisée pour la fabrication du thé. Connue sous le nom de « flush », elle ne comprend que les deux premiers pouces de feuilles des plantes en croissance. 

Lorsque le théier atteint sa taille idéale (il faut tout de même compter environ trois ans), les agriculteurs cueillent les feuilles de manière traditionnelle, c’est-à-dire à la main et en les stockant sur le dos avant de les envoyer vers les usines de traitement. L’automatisation de cette tâche est extrêmement compliquée dû aux régions où ces feuilles sont cueillies et à la complexité de récolte. Par ailleurs, pour garantir la qualité et la fraîcheur des feuilles (et ce qui rajoute encore une couche de complexité dans la fabrication du thé), celles-ci doivent pouvoir être envoyées dans les usines en moins d’une journée. Au-delà de ce timing, la qualité des feuilles risque de s’altérer.

Cette plante est très intéressante puisque les pousses cueillies se régénèrent toutes les une à deux semaines. Cela crée une nouvelle poussée qui peut être cueillie peu après, de sorte qu’il y a toujours un nouveau cycle de feuilles de thé fraîches. De manière générale, la première récolte de l’année est toujours considérée comme étant la récolte qui donne la meilleure qualité de thé, la meilleure saveur et la meilleure qualité nutritive. Vous vous en douterez, le prix est en conséquence plus élevé.

Étape 2 : Le tri des feuilles

Dès que les feuilles sont arrivées à l’usine, elles sont inspectées, triées et classées. Une sélection drastique est réalisée à ce moment pour éliminer les feuilles ne respectant pas les standards de qualité. Les feuilles de thé sélectionnées sont ensuite organisées en lots en fonction de leur type et de leur taille.

C’est là que les variétés de thé commencent à prendre des chemins différents. Les très jeunes feuilles sont acheminées pour les thés blancs, tandis que d’autres sont envoyées pour faire différents thés comme le matcha ou l’oolong, selon les préférences des fabricants.

Étape 3 : Le traitement des feuilles de thé

Après le tri et la catégorisation des feuilles, elles sont laissées à flétrir pendant 12 heures dans de grandes auges munies d’un grillage. L’objectif est simple, faire sécher les feuilles. Ce processus permet d’éliminer jusqu’à 70% de l’eau qui est présente dans les feuilles de thé. 

Il existe deux principaux types de production de thé à partir de là : la méthode orthodoxe et la méthode Crush Tear Curl, connue sous le nom de CTC. Voici en quoi elles diffèrent :

La méthode orthodoxe : Après le séchage, les feuilles de thé sont roulées. Cette étape permet aux feuilles de s’enrouler sur elles-mêmes et de briser leurs parois cellulaires, ce qui permet aux huiles essentielles et à d’autres éléments d’humidité de s’échapper. Cela permet d’assécher davantage les feuilles et d’améliorer la saveur générale du thé.

La méthode CTC : Après le séchage, de gros rouleaux broient les feuilles de thé pour en faire du « shake » pendant le processus de fabrication. Vous verrez souvent ce thé très fin dans les sachets de thé commerciaux. 

Les fabricants de thé orthodoxes préfèrent garder leurs feuilles de thé plus proches de leur état naturel, en feuilles entières, pour obtenir la meilleure saveur. Les thés CTC sont plus abordables mais produisent une option moins savoureuse.

Étape 4 : L’oxydation des feuilles

Les fabricants placent les feuilles sur des plateaux en bambou et les exposent à un air contrôlé pendant deux heures. Lorsque les feuilles interagissent avec l’air chaud, des réactions chimiques naturelles enflamment les enzymes qu’elles contiennent, ce qui leur fait changer de couleur et de saveur. 

Les thés noirs sont oxydés plus longtemps pour créer un profil de saveur audacieux, riche et sombre. Les thés verts et blancs ne sont pas oxydés ou le sont très peu afin de préserver une saveur et une couleur plus légères. 

Lorsque les artisans du thé ont besoin d’arrêter le processus d’oxydation, ceux qui produisent du thé vert japonais font cuire les feuilles à la vapeur, par exemple, tandis que le thé vert chinois passe à la cuisson au wok ou à la poêle. Ce processus de séchage permet d’éliminer la moindre trace d’humidité dans les feuilles.

Une fois suffisamment sèches, les feuilles de thé sont prêtes à être emballées et expédiées pour être consommées.

Comment fabrique-t-on les différents types de thé ?

Maintenant que vous connaissez les bases du traitement du thé, vous êtes probablement curieux de savoir en quoi le processus de fabrication du thé oolong ou du thé blanc est différent de celui du thé vert. 

Même s’ils proviennent tous de la plante Camellia Sinensis et suivent des méthodes de traitement similaires, ils ont chacun leur propre saveur, couleur, teneur en caféine et force :

Le thé blanc est traité de la même manière que les feuilles de thé vert. Cependant, les jeunes feuilles de thé et les bourgeons non ouverts sont souvent utilisés au lieu des feuilles entières. Cela permet de conserver une couleur et une saveur plus légères qu’une tasse de thé vert et plus proches de la tisane.

Le thé Oolong subit un processus d’oxydation partielle qui se situe entre le thé vert et le thé noir. Cela crée un profil de saveur et une couleur moyens.

Le thé Matcha est crémeux et possède une couleur verte brillante car les feuilles de thé sont broyées en une fine poudre de thé et consommées après infusion au lieu d’être jetées.

Le Pu-erh, un type de thé fermenté, passe par le processus traditionnel de fabrication du thé, mais subit ensuite un processus de fermentation après oxydation. Cela donne un thé contenant des probiotiques sains et des polyphénols uniques que l’on ne trouve pas dans d’autres types de thé. La fermentation assombrit également la couleur et la saveur des thés pu-erh.

Dernières réflexions sur la fabrication du thé

Comme vous aurez pu le constater, la production du thé est relativement complexe et peut étonner.  Finalement, ce n’est peut-être pas aussi simple que de cueillir des feuilles, de les rincer et de les plonger dans de l’eau chaude.

Que vous recherchiez les bienfaits du thé vert ou la saveur d’un thé chaud, choisissez toujours des thés de bonne qualité. Ils offrent la meilleure saveur et contiennent moins de toxines et de pesticides dangereux. Il ne reste plus qu’à utilisé une bonne théière, bien nettoyée et de profiter des saveurs qu’offrent les thés.

partager l'article:
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Contactez-nous

Pour connaître les conditions de publication ou toute autre demande, contactez-nous via le formulaire ci-dessous